Château Royal de Bellevue

Publié le par Maelis

Château, lotissement concerté dit Château Royal de Bellevue, puis Lotissement de Bellevue

source: http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/merimee_fr?ACTION=RETROUVER&FIELD_98=INSEE&VALUE_98=92048&NUMBER=9&GRP=0&REQ=%28%2892048%29%20%3aINSEE%20%29&USRNAME=nobody&USRPWD=4%24%2534P&SPEC=9&SYN=1&IMLY=&MAX1=1&MAX2=100&MAX3=100&DOM=Tous

localisation Ile-de-France ; 92 ; Meudon

aire d'étude Meudon

lieu-dit Bellevue

Adresse rue Marcel Allégot

dénomination château ; lotissement concerté

parties constituantes parc ; bassin ; orangerie ; remise ; étable à chevaux ; jardin régulier ; jardin potager ; glacière ; logement de domestiques ; grotte ; cascade ; réservoir ; tonnelle ; ferme ; ouvrage fortifie

époque de construction milieu 18e siècle ; 19e siècle ; 1ère moitié 20e siècle

année 1750

historique Ayant acquis le terrain de Bellevue en 1749, madame de Pompadour y fait bâtir un château par l' architecte Jacques Lassurance, assisté de l' architecte Jean-Charles Garnier d' Isles pour le dessin du parc ; le château est terminé en 1750 ; à la mort de la marquise en 1757, le roi modifie la distribution et le décor intérieurs et confie à l' architecte Ange-Jacques Gabriel de nouveaux aménagements : en 1767, deux ailes en retour en rez-de-chaussée ; en 1773, ces ailes sont absorbées dans une extension qui les relie au premier château ; à la mort de Louis XV, ses filles font transformer par l' architecte Richard Mique le décor intérieur du château, font dessiner un jardin anglais à Brimborion et construire un jardin anglais avec hameau dans l' esprit de celui de Trianon ; le château est finalement détruit en 1823 à l' initiative du promoteur Achille Guillaume qui a acheté le domaine et y réalise un lotissement des 1825 ; les autres vestiges du château disparaîtront de 1943 à 1972, à l' exception de la glacière et de la terrasse ; Guillaume respecte le hameau, transforme les ailes du château pour former une place qui portera son nom ; il reprend le plan général du domaine, trace des parcelles, y fait bâtir quelques maisons par l' architecte Guenepin, comme la maison 62 route des Gardes et, peut-être, celle 2 rue du Bassin ; il laisse à sa mort un lotissement inachevé qui gardera sa trame et conserve encore aujourd' hui son caractère résidentiel ; le passage du chemin de fer vers 1838 a, seul, rompu l' unité de l' ensemble ; depuis, de nombreuses maisons y ont été bâties ; en 1925, la compagnie Pharos y effectue un ultime lotissement entre les avenues du 11 Novembre, Eiffel et la rue Bussière.

date protection MH 1990/07/17 : inscrit MH

type d'étude inventaire topographique

date d'enquête 1994

rédacteur(s) Le Bas Antoine

N° notice IA00129839   © Inventaire général, 1994

Dossier consultable service régional de l'inventaire Ile-de-France, 127 avenue Ledru-Rollin 75011 PARIS - 01.56.06.51.20

 

 

 

 

 

Commenter cet article